Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’escroquerie du travailler plus : 160 000 chômeurs en quatre mois

Nicolas Sarkozy a beau brasser beaucoup de vent et multiplier ses plans de relance contradictoires, son bilan ne cesse de s’alourdir. 64 000 chômeurs de plus en novembre, 160.000 chômeurs supplémentaires au total en quatre mois. La situation est devenue dramatique pour des milliers de travailleurs.

Cette hausse de 64.000 chômeurs fait de novembre 2008 l’un des pires mois de ces trente dernières années. Malgré les radiations abusives massives de milliers de chômeurs. Malgré le plan emploi présenté en octobre mais déjà oublié. Malgré le nouveau calcul du chômage qui le sous-évalue de près d’un point. Malgré surtout le départ à la retraite des baby-boomeurs qui devrait mathématiquement baisser le taux de chômage.
 
La crise financière n’est pas la seule responsable de cette catastrophe. Nicolas Sarkozy porte une lourde responsabilité dans la situation actuelle. Il y’a un an et demi il permettait la défiscalisation des heures supplémentaires. Ce dispositif coûte 4 milliards d’euros par an (soit l’équivalent du coût de 100 000 emplois temps plein). La France est le seul pays au Monde, ou une heure supplémentaire coûte moins à l’employeur qu’une heure normale. Résultat, malgré la crise, à cause de Nicolas Sarkozy les entreprises préfèrent recourir aux heures supplémentaires plutôt que d’embaucher.

A cause de Nicolas Sarkozy nous avons donc d’un côté des chômeurs de plus en plus nombreux et de l’autre des salariés pressurés qui doivent travailler plus pour essayer péniblement de gagner autant ce qui ne leur permet pas de vivre dignement.

Des solutions existent : le partage du temps du travail. Même insuffisantes, les 35 heures avaient créé plus de 500.000 emplois quand la défiscalisation des heures supplémentaires entraîne des milliers de chômeurs.

Face à une crise globale il faut changer de modèle : il faut partager le travail pour le bien de tous et que chacun puisse équilibrer sa vie. Que certains travaillent jusqu’à 70 ans le dimanche pendant que d’autres souffrent d’une inactivité forcée n’est pas un modèle de vie souhaitable.

Notre société doit sortir de la consommation comme dogme et du gaspillage de ses ressources qu’elles soient naturelles ou humaines. Il en va de l'avenir des habitants de notre planète
 
 Cécile Duflot,
 Secrétaire nationale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article