Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pic électrique : les failles du nucléaire

Communiqué de presse du 7 janvier 2009

Il a suffit d'un seul jour avec un temps "de saison" pour que la consommation d'électricité batte un record en atteignant 90 200 mégawatts lundi soir et peut être de 91.000 MW mardi et mercredi et qu’on soit menacé de coupures de courant.
C'est l'une des perversions du système nucléaire : pour consommer la surproduction électrique d'EDF, le chauffage électrique a été implanté massivement en France. Mais les jours de grand froid, la demande dépasse l'offre et il faut faire appel aux vieilles centrales au fioul d’EDF et importer du courant d’Allemagne, championne des centrales à charbon. Ainsi, ce sont près de 600 grammes de C02 par kWh qui sont rejetés pour le chauffage électrique, soit trois fois plus que pour le chauffage central au gaz. Ce qui contredit lourdement la communication déployée par EDF et Areva. De plus cette surconsommation alourdit fortement les factures de chauffage des ménages les plus modestes qui n’ont pas d’autres choix que se chauffer à l’électricité.
Pour les Verts, la surconsommation électrique organisée pour offrir des débouchées au lobby nucléaire doit cesser. Le nucléaire n’est ni une énergie propre, ni une solution durable. Il faut dès maintenant se préparer à en sortir :
  • la principale ressource énergétique se situe dans... les économies d'énergie. Un kWh coûte moins cher à économiser qu’à produire ;
  • le potentiel des énergies renouvelables est loin d'être exploité comme il le faudrait en France, au détriment de l'environnement, mais aussi de l'emploi ;
  • une grande partie de l’électricité produite est perdue dans les fuites du réseau. Il faut donc promouvoir les énergies renouvelables, décentralisées et plus proche de leur lieu de consommation finale ;
  • les fonds engloutis dans les coûteux chantiers des EPR seraient bien plus profitables en termes d’emplois s’ils étaient investi dans les énergies renouvelables ou l’isolation des bâtiments.
Malheureusement, malgré les engagements du Grenelle, mettre en place une politique énergétique écologiquement responsable et socialement juste, n’a pas l’air d’être la priorité du gouvernement.
Djamila Sonzogni et Jean louis Roumégas
Porte-paroles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article