Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Duo gagnant !!!


Il fallait une bonne dose d'enthousiasme et d'optimisme pour simplement oser rêver à l'élection de Catherine dans la foulée de José. Eh bien ce rêve est aujourd'hui devenu réalité !
Le Pic Vert qui s'est engagé dans ce rassemblement d'Europe Ecologie dès sa création ou presque (création le 19/10/08 et signature de votre serviteur le 21/10/08), est aujourd'hui très heureux du résultat, de l'espérance qu'il fait naître et de l'émergeance de jeunes pousses locales qui ont fait un boulot extraordinaire... Leur enthousiasme fait chaud au cœur du vieil oiseau un peu dépité qu'il était en train de devenir...
Reste, dès le lendemain de ce résultat plus que probant, à confirmer. Oh, pas pour les élus d'hier, qui sont tous femmes et hommes d'expérience et de talent et qui ne manqueront pas de porter haut et fort les idées pour lesquelles ils ont été élus.
C'est Europe Ecologie qui doit confirmer ! Désormais les conditions du succès sont connues...
Le rassemblement autour d'un programme reprenant nos valeurs communes en est la condition première, l'indépendance vis-à-vis des partis traditionnels en est la seconde, l'ouverture à tous ceux qui se reconnaissent en ces valeurs en est la troisième.
Déjà les sirènes entrent en action ici et là, on peut lire des appels au rassemblement des forces de gauche, le président Philippe Martin par exemple qui appelle de ses vœux une alliance avec les écologistes. Tiens donc !
Mais oublie-t-il que la ligne dominante du PS gersois (Montaugé/Aurora) est à l'opposé de nos préoccupations, que les "solutions" préconisées sont autant d'aberrations et de propositions d'un autre temps ? A moins que je ne me trompe, ils appellent de leurs vœux l'Euro 21, pensent que la 124 est la voie royale vers le développement économique, que la croissance nous sortira du mauvais pas actuel, qu'un parking supplémentaire en quasi centre ville avec pourquoi pas un pont supplémentaire améliorera la circulation dans l'agglomération...
Admettront-ils un jour qu'ils font fausse route, comme vient de le faire le président du Conseil Général sur la portion de route Valence/Condom ? Améliorer la chaussée, la sécurité, le tout en conservant les arbres et pour un coût quatre fois moindre (selon ses dires), c'est une sage décision. Mais pourquoi donc voulait-il dépenser autant d'argent ? Ce n'est pas d'aujourd'hui que les associations lui indiquaient que ce projet était stupide... et coûteux. Si la crise pouvait rendre raisonnable elle n''aura pas été inutile !
Plus rien ne sera comme hier désormais. Les clivages partisans sont dépassés.
Et là une question me taraude : rouge de naissance, Le Pic Vert est-il aujourd'hui de droite ou de gauche ?
Bon, pour la droite c'est facile. C'est non ! Je ne vois pas comment les valeurs auxquelles il est attaché pourraient être compatibles avec le capitalisme et le libéralisme.
Il n'est pas de droite !
Est-il alors de gauche ?
Là c'est plus compliqué... Il a longtemps cru en être, mais a-t-il changé ou la gauche a-t-elle changé ? Si c'est cette gauche qui voit ses maîtres à penser franchir le rubicon (si étroit ?) pour se réfugier dans les bras de la droite au pouvoir, si c'est celle qui ne voit que la croissance pour sortir du mauvais pas où le capitalisme (de droite et de gauche) nous a mis, si c'est celle qui, imbue de pouvoir se déchire pour s'approprier les meilleures places et y rester jusqu'à plus soif, si c'est celle qui propose que des solutions du passé permettant ainsi de vivre plus longtemps des rentes acquises au détriment de l'avenir de nos enfants et de la planète, alors il n'en est pas !!!
Europe Ecologie dérange au niveau local, national et européen : il n'est qu'à voir l'appel du PPE pour constituer une majorité... Il est lancé en direction des libéraux et des socialistes... Pas des écologistes !!!!
Copains et coquins...
Alors Le Pic Vert est simplement écologiste.
Il faudra bien un jour revenir sur ces définitions, comme il faudra revenir sur la façon ridicule de calculer PIB ou croissance ou sur la façon d'élire nos représentants, pour enfin prendre des décisions cohérentes et porteuses d'avenir.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lepicvert 15/07/2009 10:59

Ce n'est pas du ping-pong, c'est un débat... de fond ! De grand fond même, vu le temps qu'il risque de durer...Je n'ai jamais dit que j'étais pour la décroissance, cela ne veut d'ailleurs rien dire aussi longtemps que l'on ne change pas les instruments de mesure. Je constate d'ailleurs que vous vous situez encore dans cette alternative croissance/décroissance alors que je suis pour une autre croissance prenant en compte au passif la consommation des ressources naturelles non renouvelables ou renouvelables à une échelle qui dépasse largement la durée probable de nos sociétés. On les change ou pas ces instruments de mesure ?Le grenelle de l'environnement ? Certes pas une révolution ! Il a cependant provoqué un début de prise de conscience de la part des citoyens, mais hélas c'est le système capitaliste qui va en tirer le maximum de profits (on le voit bien avec les gigantesques projets photovoltaïques qui fleurissent un peu partout). Pour n'avoir pas été clairement anticapitaliste ou pour avoir été bornée sur des thèmes passéistes, la gauche traditionnelle à laissé le pouvoir aux puissances de l'argent une fois encore, dans le domaine de l'environnement comme partout ailleurs.Pour en revenir au sujet qui m'a valu votre interpellation, deux options étaient possibles : chaque composante présente un candidat - la "gauche" vote pour un candidat (le vôtre ?) - un compromis est trouvé.Première option : aucune possibilité de trouver une majorité et un président de droite pour 5 ans.Seconde option : aucune chance de trouver une majorité et un président de droite pour 5 ans.Putain ! Cinq ans...Troisième option : un président de droite est élu pour 2 ans et demi et sera remplacé ensuite par un président de "gauche", la répartition des présidences de commission faisant également partie de ce compromis.Les citoyens jugeront.En démocratie je pense très fort qu'on ne peut jamais avoir raison seul contre tous ou alors on entre dans le populisme (actuel) ou la dictature...

melanie dumas 15/07/2009 09:43

Merci de répondre à mon message. Je n'ai pas envie de rentrer dans un ping-pong.Quelques éléments de réflexion. Vous dites quelle urgence prioritaire "écologique" ou "sociale" : pour moi les deux sans priorité aucune.deuxième : quelle gauche : celle qui va continuer au parlement européen à soutenir les entreprises capitalistes en faisant croire que le développement durable est une priorité.Quand l'eau, l'énergie seront-ils des biens communs de l'humanité et donc pas offert à la libre concurrence non faussée du marché ? Le service public peut avoir comme priorités le social et l'écologique, le privé n'a comme horizon que les dividendes à donner à ses actionnaires. Après on peut faire croire que l'on fait le grenelle de l'environnement : pipeau !Alors oui je regrette que les Verts est mis à la tête du parlement un libéral qui continuera cette politique européenne du tout marchand et donc qui est contraire aux aspirations qui semblent être les votres. Donc ne nous la jouez pas les rouges ce sont des productivistes et nous des décroissantistes ! Si le PCF est issu de la révolution industrielle et donc a eu une position productiviste ce n'est plus le cas aujourd'hui quant à la décroissance si on se fit au programme du libéral président du parlement européen ce n'est pas au programme. Les légumes continueront de venir du fin fond de l'Espagne en camion, les usines continueront d'être délocalisées dans les pays à bas coût de production et donc les marchandises vont circuler en gachant du pétrole....Enfin Aix-en-Provence : il y avait trois options PS-Modem (donc la dérive du PS vers la droite), la liste Verte (qui se rallie à cette option comme dans beaucoup d'endroits de toute façon les Verts n'ont plus choisi l'option d'être à gauche ils reviennent à l'époque de Waechter et de Lalonde !) et enfin l'option PCF, PG, NPA. On a vu le résultat. Si c'est pour mener une gestion de droite qu'ils restent entre eux !on a vu des gouvernements de gauche français qui privatisaient plus que des gouvernement de droite et malheureusement les communistes au nom de petites avancées sont restés dans ces gouvernements. il faut tourner la page. Je sais que dans les gens qui sont sensibles à l'écologie beaucoup sont proches de la gauche avec vos positions au parlement européen vous allez les désespérer !

lepicvert 14/07/2009 23:28

Je ne comprends pas bien le sens de votre question : dois-je vous dire merci ?Pourquoi donc me dire merci ? Je ne vous demande rien de tel... Si vous avez voté pour Europe Ecologie je suis certain que vous c'est en toute connaissance de cause et vous n'êtes dès lors pas étonnée que nos représentants élus ne votent pas pour une candidature PC ! Si vous avez voté Front de Gauche, il faudra bien un jour que vous expliquiez comment vous pensez pouvoir faire cohabiter longtemps le lapin rose (fortement teinté de vert pour l'occasion) avec le poisson rouge productiviste... Mais ceci n'est pas mon problème.Et voilà que vous vous appropriez la "gauche"... Et à Aix-en-Provence, c'est qui la gauche ? Ceux qui veulent battre la droite ou ceux qui prennent le risque de la faire réélire ?Encore faudrait-il se mettre d'accord sur le sens du mot "gauche". J'ai écrit ici et ailleurs que toutes celles et ceux qui se réclament de gauche sans faire référence au thermomètre qui mesure la croissance que vous appelez tant de vos vœux ("gauche" rose ou plus fortement teintée de rouge) représentent non seulement des idées d'hier mais sont des imposteurs car je ne leur ferai pas l'injure de penser qu'il ne savent pas ce qu'ils font... Productivistes de droite et de gauche même combat : faire durer le plus longtemps possible le système qui nous mène droit dans le mur, les uns en retirant les dividendes, les autres faisant boutique du mécontentement provoqué par les premiers. Tout ce qui permet de conserver les sièges sur lesquels ils sont confortablement installés est bon pour aujourd'hui... Pour demain ? Nos enfants feront les comptes et paieront les frais !Alors, lorsque celles et ceux qui se disent de gauche voudront bien se battre pour donner un sens au mot "croissance" qui intègre toutes les données (voir l'excellente analyse de Jean-Marc Jancovici), lorsqu'ils voudront bien chercher un autre modèle de société crédible pour un futur meilleur pour les couches les plus maltraitées (ici et ailleurs) car ce seront toujours elles qui auront le plus à souffrir des accumulations des richesses par les minorités comme du réchauffement climatique qui provoquera (et provoque déjà) l'exode de millions de réfugiés climatiques, alors je n'aurai plus de mal à affirmer haut et fort que je suis de gauche !!!!Tout ce que je sais aujourd'hui, c'est que je ne suis pas de droite... mais que je ne me reconnais plus dans cette gauche française sans idées pour l'avenir, sans programme si ce n'est d'accéder au pouvoir et d'avaler ses "partenaires" habituels pour y parvenir. Mitterrand lui, plus roublard que les roitelets actuels, avait pris le soin de ne manger le PC qu'après avoir été élu...Le Front de Gauche ? A vrai dire le programme avait de quoi séduire, bien verdi à tel point qu'à l'époque de l'informatique roi on aurait pu croire que le "copier/coller"... Tellement que certains Verts s'y sont laissés prendre...Mais bon, à mon tour de vous poser une question : des deux urgences (sociale et écologique) laquelle placez-vous en premier ?Pour ma part je pense que sans apporter des solutions rapides et radicales aux problèmes environnementaux les inégalités sociales deviendront rapidement insupportables et capitalisme comme productivisme nous mènent dans le mur.Vivement que le coût de l'énergie oblige cette société absurde à prendre un virage salutaire en modifiant totalement nos habitudes de vie, l'aménagement du territoire avec les modes de transport qui vont avec, la relocalisation de l'économie, etc. Une "autre croissance" et une "autre répartition des ressources et des richesses" !On n'y arrivera certes pas avec des recettes du passé ni avec des partis politiques qui ne cherchent qu'à assurer la continuité de leur main-mise sur une démocratie qui se délite d'élection en élection, avec des fonctionnaires de la politique qui n'ont jamais connu le monde du travail, de leur sortie de l'ENA jusqu'à leur retrait parfois presque centenaires...Alors on pourra toujours trouver des exemples ponctuels (je ne me réjouis certes pas de l'élection de Jerzy Buzek), mais pour Barrosso, qui a (peut-être) le plus de chance de le faire battre ? Le rassemblement que Les Verts tentent de mettre sur pied ou un candidat communiste ?Alors, comme pour une "autre croissance" vivement une "autre gauche" ! 

melanie dumas 14/07/2009 18:41

Je viens de lire sur http://vdr.pcf30.over-blog.com/article-33815572.html Dois-je vous dire merci ?
Le 14 juillet 2009 avait lieu l'élection du Président du Parlement Européen. On sait depuis les dernières élections que la majorité du parlement est à droite cependant l'élection de l'ancien Premier Ministre polonais Jerzy Buzek si elle était acquise est plus ample qu'elle n'aurait dû être.
Ceci mérite quelques explications.
En effet,  face à lui, nos élus du groupe Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique, dans lequel siègent les élus du Front de Gauche, présentaient la candidature de la Communiste suédoise Eva-Britt Svensson. Le résultat du vote est sans appel : le candidat de droite recueille 555 voix sur 713 votants pendant que notre candidate était créditée de 89 votes. On notera qu'il y a eu 69 bulletins nuls. Faisons les comptes le groupe de la Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique compte 35 membres issus du parti allemand « Die Linke », du « Parti Progressiste des Travailleurs chypriotes », de « la Gauche Unie » espagnole, de « l'alliance de Gauche NLG » de Finlande , du « Socialist Party » et du « Sinn Féin » d'Irlande, du « Parti de Gauche » de Suède, de « la Gauche » du Luxembourg, du « Parti Communiste » et du « Synaspismos » de Grèce, du « Parti Socialiste » des Pays-Bas, du « Parti de la Refondation communiste » et du « Parti des Communistes Italiens » d'Italie, du « Parti Communiste Portugais », du « Parti Communiste de Bohême et de Moravie » de la République Tchèque et du « Parti de Gauche » et du « Parti Communiste Français » de France.
Nous regarderons le détail des voix mais d'ores et déjà on notera que notre candidate fait les 35 voix de son groupe + 54 voix supplémentaires. Cependant elle est loin de réaliser le total des voix de la « Gauche ». On se posera donc la question : comment ont voté les 56 députés européens, dont 6 français du groupe des Verts Groupe "Verts/ALE et les 187 députés de « L'Alliance Progressiste des Socialistes et des Démocrates  (APSD) le groupe où siègent les 14 socialistes français ?
Poser la question c'est y répondre ! Même si dans la campagne électorale les Socialistes et les Verts ont mis l'Europe Sociale en avant les Socialistes et les Verts continuent la co-gestion européenne avec la Droite Libérale. Il n'est pas difficile de prouver nos dires.
En effet on constatera que ni le Groupe auquel appartient le PS ni le Groupe auquel appartiennent les Verts n’ont présenté de candidat. Premier indice bizarre !
Mais ils n’ont pas soutenu la nôtre. Si on ajoute le total des 35 membres du groupe (GUE/GVN), des 56 du groupe Verts/ALE et des 187 du groupe APSD on aboutit au total de 262. Rappel nécessaire notre candidate à la Présidence n’a fait que 89 voix si on y ajoute les 69 bulletins nuls (et encore ils peuvent venir d’autres groupes comme par exemple celui l’Extrême Droite) on n’obtient que 158 voix. Il manque donc 173 voix de la Gauche à notre candidate si on ne compte que les suffrages exprimés !
Conclusion si vous avez voté Verts ou Socialistes croyant voter à Gauche et bien c’est perdu ! Ils vous ont encore une fois berné. En compromission avec la Droite européenne ils soutiennent le candidat du « Parti Populaire Européen » groupe auquel est affilié l’UMP.
Ça fait désordre non ? Alors il suffit de créer un contre-feu. Sus à Barroso le Président de la Commission Européenne et le tour est joué.
Fachés, vous pensez que nous donnons de fausse infos ? Et bien lisez la dépêche suivante : "Jerzy Buzek est élu pour deux ans et demi, jusqu'au début de 2012.
A cette date, il devrait être remplacé par un socialiste, probablement l'Allemand Martin Schulz, en vertu d'un accord de réciprocité entre les deux principaux groupes de l'institution".
 
Nous sommes certains que ceux qui ont voté "Front de Gauche" sont contents de l'avoir fait et que ceux qui ne l'ont pas fait doivent le regretter !